Le phénomène « Zoom Fatigue »Pourquoi les interactions virtuelles mettent notre cerveau à rude épreuve ?

La pandémie de COVID-19 a plongé nos vies dans un espace virtuel. L’explosion sans précédent des appels vidéo en réponse à la pandémie a lancé une nouvelle expérience sociale.
teletravail

Depuis les différentes mesures de confinement, les interactions virtuelles sur Zoom, Teams, Google Hangouts, Skype, Apple FaceTime … ne cessent de se multiplier. À force, les gens sont mentalement épuisés de suivre ces multiples conversations virtuelles. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’ils vivent une partie du quotidien des personnes sourdes et malentendantes : la «fatigue de concentration». Aux États-Unis, ce phénomène est nommée «zoom-fatigue» en référence au célèbre logiciel de vidéoconférence Zoom.

L’épuisement d’entendre mal

Certaines conditions, comme les bruits environnants, compliquent la communication. En essayant de rassembler des bouts de conversations entrecoupées voir tenter de démêler des conversations de groupe, chacune des interactions demande une concentration totale. Nous augmentons notre effort d’écoute autant pour essayer de comprendre ce qui est dit que pour tenter de répondre.

Un bruit de fond ou le fait de manquer un ou deux mots peuvent amener à un point de basculement où la communication devient frustrante voir stressante. Par conséquent, nous redoublons d’efforts pour tenter de « rattraper ce qui a été dit » et reprendre naturellement le fil de la discussion. Ainsi, toutes nos interactions virtuelles semblent nous demander beaucoup plus d’énergie.

Un effort supplémentaire pour les signaux non verbaux

Si nos paroles ont un impact certain, notre gestuelle, notre attitude, notre regard en disent bien plus que les mots. Ainsi, lors d’une interaction avec autrui, la grande majorité de notre message est véhiculée par notre langage corporel. Cependant, un appel vidéo altère cette capacité et nécessite à la place une attention soutenue et intense aux mots.

video conference

Lors d’un appel vidéo, nos interlocuteurs sont cloisonnés dans une petite boîte visage et épaules apparentes. La possibilité de voir les gestes de la main ou tout autre langage corporel est souvent inespérée. De plus, si la qualité vidéo est médiocre, tout espoir de percevoir de minuscules expressions faciales est anéanti. Les écrans multi personnes amplifient largement ce problème épuisant.

Toutes ces difficultés sont comparables à celles rencontrées en partie par les personnes sourdes et malentendantes. Elles tentent de lier les mots au contexte en traitant constamment les signaux verbaux et non-verbaux, malgré des barrières et facteurs externes. Par exemple, le fait de parler à quelqu’un à contre-jour ou de dos, ou de tenter d’avoir une conversation vidéo avec une qualité audio médiocre.

Comment réduire la Zoom Fatigue ?

Voici quelques astuces pour réduire la Zoom fatigue (en dehors des règles pour mener une réunion virtuelle) :

  1. Avoir un casque audio avec micro de qualité : l’accessoire indispensable et les gamers eux l’ont bien compris ;).
  2. Faire attention à l’éclairage de la pièce : Attention au contre-jour. Utiliser une lampe permet d’uniformiser l’éclairage.
  3. Se détacher des autres distractions : Il est tentant de regarder ses SMS ou messages Whatapps, mais croyez moi ce moment d’égarement vous fatiguera plus car elle parasite votre concentration.
  4. Mieux paraître en vidéo : Pour les timides ou les personnes pas à l’aise avec leur image, vous pouvez utiliser la fonction « Retouchez mon apparence » de Zoom pour vous sentir plus en confiance pendant les appels vidéo.
  5. Le basique : le pouvoir de se reposer et de couper sa caméra. Ces quelques minutes sans caméra permettront à votre corps, inconsciemment, de se relâcher et de récupérer.

Dans l’ensemble, tous ces outils nous permettent de préserver nos liens sociaux malgré l’épuisement mental qu’ils peuvent générer. Et surtout, ils ont grandement favorisé la lutte contre l’isolement et notre sentiment de solidarité durant cette pandémie.

coronavirus