Le manager empathique

Le manager empathique est efficace pour engager des collaborateurs. Cet article explique pourquoi ça fonctionne et comment on fait pour être un bon manager empathique.

Selon le Process Communication Model®, le type Empathique perçoit le monde à travers ses émotions. Cette capacité, est-elle un atout pour le manager empathique ? Comment tirer parti de son empathie dans son style de management ?

Les 6 types de personnalité dans Process Communication Model® dont le type empathique
Les 6 types de personnalité dans Process Communication Model®

Bénéfices du style de management empathique

Avec le style de management avec empathie, le manager sent quand tout va mal. Il est capable d’identifier les moments forts pour pouvoir les accentuer. Dans un contexte projet tendu ou hostile, le manager empathique apporte sans nul doute une meilleure efficacité dans la communication ainsi qu’une meilleure cohésion de groupe. L’empathique a également tendance à développer l’intelligence collective dans ses équipes, ce qui reste un atout majeur !

Comment développer son canal « nourricier » et sa perception « émotion » ?

De toute évidence il n’est pas facile de pouvoir avoir des discussions basés sur le ressenti de chacun en entreprise. Les conversations sont souvent rationnalisées, efficaces et analytiques.

Pourtant, on peut tout simplement demander à l’autre de confirmer ou d’infirmer ce que l’on pense ou plus simplement lui demander ce qu’il ressent. Dans la majorité des cas, le ressenti peut être factualisé en se basant sur des exemples. Le fait de d’abord se baser sur un ressenti individuel ou collectif permet une meilleure réactivité dans les situations complexes. Aussi, le niveau de confiance du groupe (entre les personnes ou entre le groupe et le manager empathique) s’accroît considérablement.

Attention à la contagion émotionnelle !

L’empathique est aussi « une éponge à émotions« . Cela peut aussi être néfaste. Dans la mesure où le manager empathique ressent les émotions des autres, il peut être sujet à un phénomène de contagion émotionnelle.

Un collaborateur peut aussi rassurer aisément le manager par un canal émotionnel. Convaincu et rassuré par la bonne volonté de son collaborateur, le manager peut s’en contenter et se retrouver coincé dans un cercle vicieux. Le manager empathique cherchera beaucoup plus à aider son collaborateur dans la mesure du possible jusqu’à « un point de rupture ». Par « point de rupture », on entend quand le collaborateur le poussera vraiment à bout.

Savoir dissocier, une compétence nécessaire pour ce style de management !

Le manager empathique peut se retrouver très vite désemparé par les émotions de ceux qu’ils essaient d’aider. Une compétence à acquérir est la « dissociation ». C’est la capacité d’accepter ces émotions, mêmes désagréables, sans se sentir dépossédé de ses réactions. En travaillant sur cette capacité, le manager empathique n’aura que de belles choses à apporter à l’entreprise !

1 thought on “Le manager empathique

Comments are closed.